Quelle retraite pour les experts comptables ?

La retraite pour les experts-comptables est très structurée et gérée par leur ordre. Les personnes concernées comme dans toutes les autres professions se préparent à la retraite depuis leur phase d’activité. Quelle est alors la retraite pour les experts-comptables ?

Départ en retraite

Cet âge est en moyenne compris entre 60 ans et 62 ans. Toutefois, pour être gracié d’une retraite à taux plein, l’âge minimum est de 65 ans. Une autre condition pour bénéficier de ce taux est d’avoir versé les cotisations pour le nombre de trimestres recommandé, sauf dans le cas d’inaptitude justifiée au travail. Cet âge peut, de même, fluctuer selon l’année de naissance de l’expert-comptable. Le calcul de l’âge légal de départ à la retraite pour les experts-comptables est réglementé par les dispositions du 1er janvier 2004.

Particularité de la profession

La poly pension est une caractéristique commune des experts-comptables. Durant la phase de leur stage d’expertise, ils commencent automatiquement leur cotisation au régime de retraite des salariés. Ainsi, une fois devenus des experts, ils sont tous systématiquement affiliés à la CAVEC. Les experts-comptables ayant conservé le statut de salarié continuent donc leur cotisation aux régimes de salariés.

Quelle retraite pour les experts comptables ?

Cotisation des experts-comptables non-salariés

Les experts-comptables versent une cotisation à prix convenu unique en lien avec la tranche de revenu de l’année antérieure. Les revenus considérés ici sont ceux non-salariés nets. Il y a aussi la possibilité d’épargner dans des tranches immédiatement au niveau supérieur à celui du revenu effectif.

Retraite complémentaire pour expert-comptable

La retraite complémentaire pour expert-comptable est assurée par la caisse d’assurance vieillissement des experts-comptables et des commissaires aux comptes (CAVEC). Le régime complémentaire de ces experts est un régime de retrait classique. En effet, l’assuré perçoit le point des retraites par le biais d’un versement de cotisation. Au jour de liquidation de sa retraite complémentaire, ses cotisations antérieures lui seront reconverties en pension de retraite. Le taux de pension garde son plafond de 100 % dans le cas où la pension ne subit pas de minoration. Dans le cas contraire, ce taux est revu à la baisse.

Régime de retraite de base

C’est un régime de retraite caractérisé par une répartition stricte. Il se base sur un principe de cotisation en deux modalités : une cotisation provisionnelle suivie d’une cotisation définitive (régularisation). Les professionnels libéraux y cotisent de façon proportionnelle à leur salaire de deux années antérieures (année N-2) ou en fonction de l’estimation de leur revenu.

Régime complémentaire

Au niveau de ce régime, il n’y a aucun système de régularisation, contrairement au régime de base. L’expert-comptable épargne dans l’une des huit cases en lien avec son revenu ou dans la classe immédiatement au-dessus. En accord avec son employeur, l’expert-comptable cotise dans l’une des classes C ou D.

Régime de prévoyance

Ce régime est assez large et couvre aussi bien les risques d’invalidité, d’inaptitude à exercer que de décès. Il renferme quatre classes de cotisations parmi lesquelles il est conseillé à l’expert-comptable de cotiser dans l’une des classes immédiatement au-dessus du montant de ses revenus.

À partir de 2014, une allocation journalière est versée aux experts-comptables à compter du 91e jour d’arrêt d’activité lié à une maladie ou aux accidents.

L’ordre des experts-comptables est très bien structuré, et tout ce qui concerne les allocations et indemnités est géré par la CAVEC. L’expert-comptable a le choix entre plusieurs régimes qui s’offrent à lui afin de bien préparer sa retraite.